Articoli con tag: histoires napolitaines.

Le fantôme de la belle Blanche

Histoire de tradition populaire

 

Parmi les belles balustrades de l’escalier du palais Spinelli Laurino, situé dans la Rue dei Tribunali, il y a des personnes  qui jurent voir souvent  le fantôme de la belle Blanche.

Une orpheline, grandie dans les salles du palais, Blanche fut  assigné comme une demoiselle d’honneur à Lorenza Spinelli, belle-fille du prince. Celle ci était une  femme  méchante et tyranne, si bien que son mari, juste pour rester loin d’elle pendant un certain temps,  décida d’aller à la guerre.

Entré dans les chambres de sa femme pour la saluer, comme d’habitude, il fut répondu rudement par sa femme. Agacé, le mari se détourna pour partir, mais  juste  à ce moment  son regard  croisa dans le miroir le regard  mortifié de la bonne et belle Blanche qui peignait la dame, mortifiée de ce qui était arrivé.

C’ était un regard complètement innocent, mais la dame méchante, à laquelle n’avait pas échappé   cette compréhension  des yeux, y pensa  bien  autrement.

Le mari était encore sur la route, lorsqu’elle introduit Blanche dans un compartiment du mur de sa chambre  et y fit construire devant  un mur de briques.

La pauvre fille ne pouvait pas se défendre en aucune manière, elle dit seulement: “faîtes-moi bien  murer vivante, mais dans la joie ou la grandeur,  vous me verrez à nouveau.”  On conte, en effet, que son fantôme est apparu très souvent dans ce palais  à l’un  ou l’autre Spinelli, toujours trois jours avant  que à la famille arrivait  un  fait  heureux ou un malheur.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , | Lascia un commento

Le fantôme et la casquette

histoire de 1700

 

Pas loin des catacombes de San Gennaro à Capodimonte il y avait une taverne. Un soir, deux voyageurs arrivèrent à cet endroit.

Bavardant avec une belle fille qui les servait, ils commencèrent  à parler des morts et de leurs apparences; la jeune fille dit qu’elle  n’avait pas peur, si bien que – dit-elle – alors que personne n’ allait pas à  cette heure-là  pour puiser de l’eau dans la forêt, parce que  on devait passer devant le cimetière, elle serait allée immédiatement.

Cela dit, elle  prit le seau et s’en alla; en passant devant  l’entrée des grottes, elle vit au milieu, assis sur une pierre tombale, un vieil homme avec une longue barbe blanche, avec un bonnet rouge sur la tête.

La jeune fille le prit pour le marié de la taverne, elle s’approcha de lui et  lui tirà   de la tête  sa casquette, en disant: “Je vais te la redonner  alors à la maison”  En revenant, elle  apprit que le marié n’ avait jamais bougé, et en fait, il avait  sur sa tête la casquette rouge.  La nuit, la jeune fille  monta dans sa chambre  en portant avec soi  le bonnet  du mystérieux vieillard.

A minuit, elle entendit frapper à la porte et une voix faible dit: «Donne-moi mon bonnet, donne-moi mon bonnet.” Le jeune fille ouvrit, mais elle ne vit personne, et  ensuite  elle esseya  de jeter le bonnet rouge par  la fenêtre, mais celui revenait toujours.

Pour de nombreuses nuits l’esprit revint à frapper à la chambre et enfin la jeune fille alla se confier avec le curé de la paroisse, qui décida de faire une grande procession.

Le soir des morts, en fait, une grande procession composée par les habitants des maisons voisines, avec des croix, des images de saints et des bougies alla  aux  catacombes de San Gennaro.

Le vieillard etait assis sur la pierre tombale tête nue.  Parmi la fumée des encens,  au son des hymnes, le brave fille s’ approcha de lui, et  remit sur sa  tête la casquette  tant désirée.

La pierre de la tombe alors  s’ouvrit grande avec un coup de tonnerre et l’homme  y tomba dedans.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , | Lascia un commento

Blog su WordPress.com.