Articoli con tag: Ferdinand I

NAPLES – LA RÉVOLUTION DU 1799-1800

Le mythe de la révolution à Naples marque une grande partie de la culture pendant le 1800 et 1900.

Parmi  les premiers écrits on trouve ” Essai historique sur la révolution de Naples 99″ par Vincenzo Cuoco, montrant un grand esprit d’autocritique . C’est la première grande œuvre de caractère historique-patriotique, un conte sur l’idéalisme et de la passion, auquel l’histoire n’a pas rendu justice avec le succès.

Remarquable  est l’œuvre de Francesco Lomonaco  «Rapport au citoyen Carnot ” un travail de dénonciation de la répression lancée par Ferdinand IV, qui  invite les patriotes à enlever le roi de la scène politique .  Lomonaco  participa à la République Napolitaine,  réussit à s’échapper  de la  répression  des Bourbons , se trouvant  à l’exil en France, il se suicida en 1810.

L’écho de la révolution napolitaine  influença aussi  des auteurs  loin de Naples.

Ugo Foscolo dans: ” Commentaires de l’histoire de Naples” retrace les moments tragiques de la révolution, en attribuant la responsabilité de la défaite républicaine au Directoire français coupable d’ une politique d’exploitation contre les Napolitains. Foscolo met également en évidence le rôle déterminant joué par Lady Hamilton sur l’admiral Nelson , et il se concentre sur les aventures de martyrs héroïques de la révolution.

Parmi les martyrs de la révolution on trouve  Eleonore Fonseca Pimentel et Luisa San Felice .

Eleonore Fonseca Pimentel était le directeur du journal “Monitor Napolitain” sa condamnation a été commandé par Marie-Caroline d’Autriche,  épouse de Ferdinand I en raison de ses articles contre les gouvernants.

Dumas dans ” De Naples à Rome ” raconte l’histoire de Luisa San Felice en la  décrivant comme l’un des héros de la révolution napolitaine. Il s’agit d’une collection de biographies individuelles des hommes et des femmes qui ont donné leur vie pour la liberté, en se concentrant sur ​​les endroits clés de la révolution, comme la place du marché qui a servi comme un échafaudage à San Felice et P. Fonseca en 1800.

piazza mercato

Annunci
Categorie: Français, Littérature | Tag: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Lascia un commento

NAPLES – LES DERNIÈRES DÉCENNIS COMME CAPITALE

L’image de Naples au cours de la seconde restauration des Bourbons est sans doute décevant .

Ferdinand a essayé d’adopter une politique de conciliation avec la bourgeoisie, en soutenant la montée politique et sociale, avec l’intention de mettre fin au fort isolement dans lequel la dynastie des Bourbons était tombée.

Cela ne se produit pas, et dans un court laps de temps éclatèrent les premiers mouvements, qui avait comme protagonistes au début la province, puis le centre de la ville.

Le bref règne de Ferdinand I mis sur la neutralité ne réussit pas à résoudre les problèmes de dégradation de l’environnement qui ravagaient la Naples ancienne. Un cadre de Naples endormi par la restauration est donné par Stendhal, qui avec son oeuvre ” Rome Florence Naples », explique les conditions dans lesquelles demeurait Naples, et qui exprime au mieux le charme que Naples a eu sur l’auteur.

Ferdinand II monta sur le trône quand il avait juste vingt ans en 1830, il essaya de discuter ses relations avec les hommes politiques et les intellectuels, qui trouvèrent un support décent dans le développement culturel.

Naples devint tout à fait un centre de vie sociale avec l’apparition de nombreux théâtres .

Il y avait le retour des exilés, qui s’étaient évadés de la répression des Bourbons, y compris Antonio Ranieri, qui, avec son ” État ​​des lettres à Naples, en Sicile “, décrit la vie politique et culturelle de la capitale (1883).

Prospérèrent nombreux magazines qui se posaient comme objectif l’éducation de la population à l’amour pour leur pays. L’éditorial le plus réussi était « Le Progrès» par Giuseppe Ricciardi. G. Ricciardi croyait le progrès à la base de l’historicisme, qui déclenche le phénomène nous amènant à affirmer qu’aujourd’hui est mieux qu’hier .

Il y avait beaucoup de critiques formulées par Leopardi, qui fasait valoir que le progrès ne pourrait pas être utile à l’homme, puisque celui ci cherche seulement le bonheur .

Il y a aussi la production de mémoires des protagonistes de la Résurgence, des témoins qui ont souffert dans les prisons des Bourbons, parmi lesquels Guglielmo Pepe, qui dans ses «mémoires» -1848 – accuse la forte répression des Bourbons.

Luigi Settembrini, avec ses « Mémoires de ma vie ” -1879 – une autobiographie, décrit comment la répression des Bourbons a frappé les intellectuels, et comme le couplage des Bourbons: enseigner = conspirer, parce que les Souverains avaient compris le danger réel dans les activités des intellectuels.

Malgré des signes de reprise culturelles et la rénovation par des travaux publics, le chômage et la surpopulation pesèrent sur le royaume .

Entre 1836-1837 il y eut une grande crise du choléra.

En 1859-60 François II monta sur le trône, l’année de l’expédition des Milles et de l’arrivée de Garibaldi dans le royaume des Deux-Siciles avec l’intention de la conquérir au nom de Victor Emmanuel.

Avec l’annexion au Royaume de Savoie et Victor Emmanuel son Roi, la ville a tourné sa page.

Categorie: Français, Histoire | Tag: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Lascia un commento

NAPLES – THE LAST DECADES AS A CAPITAL

Naples image during the second Bourbon restoration is certainly disappointing.

Ferdinand tried to adopt a conciliatory policy towards the bourgeoisie, accommodating the political and social rise with the purpose of putting an end to the strong isolation which hit the Bourbon Dynasty.

But it did not happen so, and shortly the first revolutionary movements burst, when at first the province and than the town center were protagonists.

The short Ferdinand I’s reign, shaped on neutrality, could not solve the environment degradation problems plaguing ancient Naples. An image about Naples asleep in the restoration is given by Stendahl in his work “Rome, Naples, Florence” telling the conditions in which Naples lived and expressing at the best the appeal spread by the city on that author.

Ferdinand II ascended the throne when he was just twenty in 1830 and he tried to discuss the relations with political men and intellectuals who found a rather good support during that cultural growth. Naples became a good social life center with many theatres appearing operative.

Many exiles, escaped from the Bourbon repression, returned and among those there was Antonio Ranieri who described the political and cultural life in the capital by his work “State of literature in Naples and Sicily”(1883).

Many cultural magazines flourished having the aim of educating the population to homeland love. The most successful magazine was “Il Progresso” by Giuseppe Ricciardi. G. Ricciardi believed progress at the base of historicism starting the behavior which makes us think today is better than yesterday.

Many critic opinions were started by Leopardi who thought progress not good for man, as man is only seeking happiness.

In addition we have some memories production by the protagonists of Risorgimento, witnesses suffering in Bourbon jails, among whom was Guglielmo Pepe accusing in his work “Memories – 1848” the heavy Bourbon repression.

Luigi Settembrini, by his work “Memories from my life” – 1879, an autobiography, describes the repression hitting many intellectuals, and the bourbon motto: teaching = conspiring, as the Bourbons well understood the dangerous action of intellectuals.

In spite of many signals about cultural growth and new public renovating works, unemployment and overpopulation weighed on the kingdom. Between 1836-1837 there was a large cholera crisis.

In 1859-50 Francis II ascended the throne. It was the year of the One thousand expedition and the arrival of Garibaldi in The Two Sicilys Kingdom with the aim of conquering it in the name of Victor Emanuel.

By the annexation to the Kingdom of Savoy and Victor Emanuel as King, the town tuned its page.

Categorie: English, History | Tag: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Lascia un commento

Crea un sito o un blog gratuitamente presso WordPress.com.