Articoli con tag: des histoires populaires napolitaines.

Le sauvetage miraculeux de Constantin

Conte de la tradition populaire

 

Le roi Constantin revenait à Rome avec sa fille Constance et sa nièce  Patrizia, quand son bateau fut  frappé par une violente tempête.  Le roi alors promit à Dieu que, s’ ils seraient sauvés du naufrage il aurait fait construire une église à Naples à Saint Jean-Baptiste.

Les deux femmes, au contraire, prièrent  Sainte-Lucie parce qu’elle les  sauve du danger et que le navire puisse retourner au port sans incidents.

Avec ses prières la jeune Constance fit un vœu solennel à la  sainte à laquelle  elle  était consacrée: s’ ils fussent arrivés sans danger,  pour la construction de l’église voulue par son père elle aurait donné une somme d’argent.

Dieu entendit leur cri et Il les fit débarquer à Naples tranquillement.   Le roi Constantin et sa fille Constance donnèrent immédiatement commencement  aux travails pour tenir la promesse et le vote.

L’église a été enrichie plus tard avec des peintures et des objets précieux et est devenue le centre du culte de Saint-Jean et Sainte-Lucie en Juin et en  Décembre.

L’église de Saint Jean  Majeur est situé dans le centre historique de Naples, parmi les quatre plus grandes paroisses de la ville.   Elle fut construite à la  place d’un temple païen dédié à Antinoüs per l’ Empereur Hadrien.

Elle a  subi de nombreuses modifications et restaurations, et en 1685 prit la forme finale.

Annunci
Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , | Lascia un commento

Le tailleur qui détestait le Roi Alphonse

Histoire de tradition populaire

 

Dans la première moitié du 1400, un tailleur nommé François vit  à Naples.

Dans la lutte  entre les Aragonais  et les Angevins , il avait  choisi les  Angevins et pris parti pour le Roi René vaincu.

Maître François  (c’ était son nom) fut considéré comme un chef populaire et ne manquait jamais une occasion de dire du mal des Espagnols et de défendre les Français.  Il  détestait tellement Alphonse,  qu’il ne prenait pas  la peine de le montrer au public.

Tout cela fut  signalé au roi qui, pour sa connaissance et son amusement, voulut entendre personellement les  insultes  du tailleur.

Il décida de sortir sur son cheval parmi  le peuple, en tournant à travers les rues de la ville, où il passa prés du  maître François, qui ne se lassait pas de l’insulter.

Alphonse, qui savait que c’etait le tailleur, fut tres attentif à ce qu’il disait quand il passait. «Et comment vous êtes bon à cheval,” dit le tailleur par une voix un peu élevée. «Combien d’orgueil et d’arrogance vous avez. Vous verrez que ça ne durera pas longtemps, car le  Roi René viendra et vous  poursuivera.”

Le roi après cet épisode envoya pour le Maître François. Le tailleur, qui  était peut-être plus capable   de parler que d’agir, se mit à trembler de peur.

Il prévoyait  d’ être suspendu à une corde sur la place publique, tant et si bien qu’il pensait de faire un testament et de charger sa femme avec ses enfants et tous ses biens.

Il se rendit au palais où il fut reçu avec courtoisie et des révérences  par les dignitaires et les fonctionnaires.   Puis, il vînt devant le Roi, et  il fut  encore plus surpris par l’accueil  et la gentillesse, que lui fit le Souverain.

“Je vais utiliser votre art», déclara Alphonse, “et vos services, car je sais combien vous êtez lié a  moi  et comment vous parlez bien de moi.”  François  après  ces mots fut  effrayé encore plus en  croyant  que le Roi voulait se moquer de lui avant de le condamner à mort.

Alphonse continua  par ce ton,  et  avant de prendre congè du tailleur,  il lui  donna un sac d’écus d’or pour sa famille et ses besoins.

Encore abasourdi François revint à la maison, il  raconta tout  à sa femme en  louant le roi d’Espagne,  et modifiant  totalement l’ opinion   qu’il avait eu sur le Roi.  C’ est juste l’un des épisodes passés sur Alphonse d’Aragon.

Il semble que c’ était un souverain bienveillant avec les Napolitains: une stratégie spécialement conçue à ne pas augmenter l’amour qu’ils avaient pour les Français.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , , , , , | Lascia un commento

La Sorcière du Vésuve

histoire orale, rapportée  à l’éruption de 1858

 

 

On dit que, après une éruption du Vésuve qui avait rempli de lave  le grand fossé, dans une nuit de Novembre un cri  déchirant  et inhumain  avait réveillé les habitants de  la région.

Le cri fut entendu même dans les nuits suivantes,  créant la terreur parmi la population. Les paysans eux-mêmes s’ armèrent  de fusils et de serpes et partirent à l’aube pour une patrouille à la recherche de l’origine du cri effrayant.

Ils battirent le terrain pied à pied, mais ils ne trouvèrent rien.  Personne ne pouvait donner une explication et tout le monde avait peur.

C’ est ainsi que, alors qu’ils se demandaient quoi faire, il y avait ceux qui suggérèrent qu’on contacte le «vieille  Mattavona”, une sorcière qui vivait sur les pentes du Vésuve.

Ceça dit, les agriculteurs  allèrent en procession chez la sorcière. La vieille femme se  rendit  sur la place et prononça quelques formules magiques incompréhensibles. Depuis lors, le cri a disparu et les agriculteurs  retournèrent à dormir la nuit.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , , | Lascia un commento

Vésuve

Les amants menteurs  – E. Cossovich

 

Combien d’aventures et en combien d’espèces différentes se produisent souvent sur Vésuve!

On raconte que deux Anglais, un monsier et une jeune fille,  s’accodèrent ensemble pour éterniser leur amour sur les sommets de notre montagne.

Devant le cratère fumant ils renouvelèrent leurs serments de constance et de fidélité, et en appelant  à  témoins  les éléments, ils promirent que l’un d’eux qui  aurait été trahi,  celui se serait précipité dans le cratère  rugissant.

Mais ce n’ était pas un an que la juste Mademoiselle donna sa main à un riche gentilhomme napolitain et l’amant trahi dans le désespoir se précipita … dans  les abimes des affaires commerciales et il épousa la fille d’un banquier, qui jurait  moins,  mais elle valait plus.

Vésuve volontairement donna sa victime, à partir de a nous pouvons soutenirsque l’homme (pris dans son sens le plus large) en Angleterre ou ailleurs est toujours le même.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , | Lascia un commento

Blog su WordPress.com.