Histoires et contes

Le fantôme de la belle Blanche

Histoire de tradition populaire

 

Parmi les belles balustrades de l’escalier du palais Spinelli Laurino, situé dans la Rue dei Tribunali, il y a des personnes  qui jurent voir souvent  le fantôme de la belle Blanche.

Une orpheline, grandie dans les salles du palais, Blanche fut  assigné comme une demoiselle d’honneur à Lorenza Spinelli, belle-fille du prince. Celle ci était une  femme  méchante et tyranne, si bien que son mari, juste pour rester loin d’elle pendant un certain temps,  décida d’aller à la guerre.

Entré dans les chambres de sa femme pour la saluer, comme d’habitude, il fut répondu rudement par sa femme. Agacé, le mari se détourna pour partir, mais  juste  à ce moment  son regard  croisa dans le miroir le regard  mortifié de la bonne et belle Blanche qui peignait la dame, mortifiée de ce qui était arrivé.

C’ était un regard complètement innocent, mais la dame méchante, à laquelle n’avait pas échappé   cette compréhension  des yeux, y pensa  bien  autrement.

Le mari était encore sur la route, lorsqu’elle introduit Blanche dans un compartiment du mur de sa chambre  et y fit construire devant  un mur de briques.

La pauvre fille ne pouvait pas se défendre en aucune manière, elle dit seulement: “faîtes-moi bien  murer vivante, mais dans la joie ou la grandeur,  vous me verrez à nouveau.”  On conte, en effet, que son fantôme est apparu très souvent dans ce palais  à l’un  ou l’autre Spinelli, toujours trois jours avant  que à la famille arrivait  un  fait  heureux ou un malheur.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , | Lascia un commento

Le fantôme et la casquette

histoire de 1700

 

Pas loin des catacombes de San Gennaro à Capodimonte il y avait une taverne. Un soir, deux voyageurs arrivèrent à cet endroit.

Bavardant avec une belle fille qui les servait, ils commencèrent  à parler des morts et de leurs apparences; la jeune fille dit qu’elle  n’avait pas peur, si bien que – dit-elle – alors que personne n’ allait pas à  cette heure-là  pour puiser de l’eau dans la forêt, parce que  on devait passer devant le cimetière, elle serait allée immédiatement.

Cela dit, elle  prit le seau et s’en alla; en passant devant  l’entrée des grottes, elle vit au milieu, assis sur une pierre tombale, un vieil homme avec une longue barbe blanche, avec un bonnet rouge sur la tête.

La jeune fille le prit pour le marié de la taverne, elle s’approcha de lui et  lui tirà   de la tête  sa casquette, en disant: “Je vais te la redonner  alors à la maison”  En revenant, elle  apprit que le marié n’ avait jamais bougé, et en fait, il avait  sur sa tête la casquette rouge.  La nuit, la jeune fille  monta dans sa chambre  en portant avec soi  le bonnet  du mystérieux vieillard.

A minuit, elle entendit frapper à la porte et une voix faible dit: «Donne-moi mon bonnet, donne-moi mon bonnet.” Le jeune fille ouvrit, mais elle ne vit personne, et  ensuite  elle esseya  de jeter le bonnet rouge par  la fenêtre, mais celui revenait toujours.

Pour de nombreuses nuits l’esprit revint à frapper à la chambre et enfin la jeune fille alla se confier avec le curé de la paroisse, qui décida de faire une grande procession.

Le soir des morts, en fait, une grande procession composée par les habitants des maisons voisines, avec des croix, des images de saints et des bougies alla  aux  catacombes de San Gennaro.

Le vieillard etait assis sur la pierre tombale tête nue.  Parmi la fumée des encens,  au son des hymnes, le brave fille s’ approcha de lui, et  remit sur sa  tête la casquette  tant désirée.

La pierre de la tombe alors  s’ouvrit grande avec un coup de tonnerre et l’homme  y tomba dedans.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , | Lascia un commento

Une superstition ancienne

Contes de tradition populaire

 

En 1500, il y avait à Naples, sur la Place Ottocalli, une église dédiée aux Saints Jean et Paul.  La route était large et libre de bâtiments ou de maisons.

Dans le milieu de la route et juste en face de l’église, il y avait une colonne de marbre dont personne ne savait le sens ni l’origine.

Un sens, cependant, lui fut donné par les habitants, qui, soutenus par le curé de la paroisse, attribuèrent à la colonne un pouvoir spécial: celui de provoquer la pluie et le beau temps en fonction des besoins et demandes du peuple.

Une superstition, mais elle a continué pendant un certain temps, jusque l’ archevêque Annibale de Capua l’interdit avec une mesure de 1590 et il  fit même démolir et supprimer la colonne empêchant toute possibilité de renaissance de l’incroyable superstition.

Voila  c’est la coutume des Napolitains. Lorsque les agriculteurs voulaient le soleil à leurs champs et le temps, cependant, n’ était pas bon, ils allaient au pasteur de l’église de Saint-Jean et Paul et lui  demandaient  d’organiser une procession votive pour la grâce du ciel.

Puis le curé avec toute sa suite et tous les citoyens,  marchaient sur le côté droit de la colonne et ils s’ arrêtaient pour prier.  Peu de temps après, le ciel avait rassuré, les nuages avait disparu et le soleil  brillait dans le ciel avec une grande joie des Napolitains.

Si la demande était, au contraire, pour la pluie, parce que le temps  trop chaud ruinait les cultures, la procession se déplaçait dans la direction opposée, elle tournait  du côté gauche de la colonne à la mer,  on y  récitait  la prière prévue, et peu après il pleuvait.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , | Lascia un commento

Le sauvetage miraculeux de Constantin

Conte de la tradition populaire

 

Le roi Constantin revenait à Rome avec sa fille Constance et sa nièce  Patrizia, quand son bateau fut  frappé par une violente tempête.  Le roi alors promit à Dieu que, s’ ils seraient sauvés du naufrage il aurait fait construire une église à Naples à Saint Jean-Baptiste.

Les deux femmes, au contraire, prièrent  Sainte-Lucie parce qu’elle les  sauve du danger et que le navire puisse retourner au port sans incidents.

Avec ses prières la jeune Constance fit un vœu solennel à la  sainte à laquelle  elle  était consacrée: s’ ils fussent arrivés sans danger,  pour la construction de l’église voulue par son père elle aurait donné une somme d’argent.

Dieu entendit leur cri et Il les fit débarquer à Naples tranquillement.   Le roi Constantin et sa fille Constance donnèrent immédiatement commencement  aux travails pour tenir la promesse et le vote.

L’église a été enrichie plus tard avec des peintures et des objets précieux et est devenue le centre du culte de Saint-Jean et Sainte-Lucie en Juin et en  Décembre.

L’église de Saint Jean  Majeur est situé dans le centre historique de Naples, parmi les quatre plus grandes paroisses de la ville.   Elle fut construite à la  place d’un temple païen dédié à Antinoüs per l’ Empereur Hadrien.

Elle a  subi de nombreuses modifications et restaurations, et en 1685 prit la forme finale.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , | Lascia un commento

Sœur Solfatara

Nicholas Lombardo, La Ciucceide, 1724

 

Sachez donc que, dans cette montagne,

où nous allons entrer, il y a un orc.

Celui-ci ne descend jamais par cette campagne,

mais il reste fermé toujours la-bas, comme un cochon.

Et qu’est-ce qu’il mange? Que mange-t-il?

Il mange pierres, saletés. Comment il est sale!

Il mange de l’ or, du plomb, de l’ argent!

 

Ce’est ce qu’on appelle le Vésuve et il a une soeur,

elle est appelée une orque et Solfatara,

qui n’est pas loin, et ils sortirent

du même  ventre; et c’est chose rare,

car ils sont tous les deux du même amour.

Si celle-la  est gai, s’ éclaircit

le visage de celui-ci;  mais si celui-ci

fait rage, celle  commence à remuer.

 

Si celui-la  fume, elle fume aussi;

si elle a faim, il a ce même désir.

Boit il? Cette autre prend de l’eau.

Celle-ci marche, celui-ci soulève la jambe.

Elle est avec  un visage infidèle?

Et celui-ci explose et te fait appeler maman.

En bref, s’elle rit, il rit aussi;

Si celui-ci  est en train de pleurer,  tu vois la pleurer.

 

Une chose seulement il a que celle  n’a pas;

et vous verrez qu’il  est gros

et elle  à côté de lui  est une petite anchois.

Cela rend certaines choses plus sale,

car il  va généralement  souffrir de trots;

et il vomit parfois   pour rien;

et quand il veut, en face de la bouche

il monte sur cette montagne, et vous les donne.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , , , | Lascia un commento

La magie du volcan

conte oral de 1800

 

Un jour, un homme nommé Mauro apparut sur le Vésuve, il avait  un visage noir comme la nuit et  demanda  à la magie du volcan d’être transformé en un homme normal.

Sa prière fut exaucée. Soudainement apparut un ange qui le mena dans le cratère et en lui soufflant  sur le visage, il lui fit  la peau blanche comme la neige.  Ainsi, les deux cratères ont été appelés Ange et Mauro.

Mais pas toutes les histoires du volcan se terminent ainsi: lorsqu’un moine méchant invoqua le Vésuve en  demandant de l’aide pour mettre en œuvre sa mauvaise conception, la montagne devenit  en  colère,  et  jeta du cratère une colonne de feu en  envoyant  vers le bas un cheval magique avec des yeux de flamme et une  crinière de  serpents.

L’animal chassa  le moine  et quand il l’ atteignit,   il battit avec son sabot sur le terrain qui s’ouvit et avala le  mauvais.

Ces lieux ont ensuite été appelés “Atrium du cheval ” et ” Moine”.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , | Lascia un commento

Le tailleur qui détestait le Roi Alphonse

Histoire de tradition populaire

 

Dans la première moitié du 1400, un tailleur nommé François vit  à Naples.

Dans la lutte  entre les Aragonais  et les Angevins , il avait  choisi les  Angevins et pris parti pour le Roi René vaincu.

Maître François  (c’ était son nom) fut considéré comme un chef populaire et ne manquait jamais une occasion de dire du mal des Espagnols et de défendre les Français.  Il  détestait tellement Alphonse,  qu’il ne prenait pas  la peine de le montrer au public.

Tout cela fut  signalé au roi qui, pour sa connaissance et son amusement, voulut entendre personellement les  insultes  du tailleur.

Il décida de sortir sur son cheval parmi  le peuple, en tournant à travers les rues de la ville, où il passa prés du  maître François, qui ne se lassait pas de l’insulter.

Alphonse, qui savait que c’etait le tailleur, fut tres attentif à ce qu’il disait quand il passait. «Et comment vous êtes bon à cheval,” dit le tailleur par une voix un peu élevée. «Combien d’orgueil et d’arrogance vous avez. Vous verrez que ça ne durera pas longtemps, car le  Roi René viendra et vous  poursuivera.”

Le roi après cet épisode envoya pour le Maître François. Le tailleur, qui  était peut-être plus capable   de parler que d’agir, se mit à trembler de peur.

Il prévoyait  d’ être suspendu à une corde sur la place publique, tant et si bien qu’il pensait de faire un testament et de charger sa femme avec ses enfants et tous ses biens.

Il se rendit au palais où il fut reçu avec courtoisie et des révérences  par les dignitaires et les fonctionnaires.   Puis, il vînt devant le Roi, et  il fut  encore plus surpris par l’accueil  et la gentillesse, que lui fit le Souverain.

“Je vais utiliser votre art», déclara Alphonse, “et vos services, car je sais combien vous êtez lié a  moi  et comment vous parlez bien de moi.”  François  après  ces mots fut  effrayé encore plus en  croyant  que le Roi voulait se moquer de lui avant de le condamner à mort.

Alphonse continua  par ce ton,  et  avant de prendre congè du tailleur,  il lui  donna un sac d’écus d’or pour sa famille et ses besoins.

Encore abasourdi François revint à la maison, il  raconta tout  à sa femme en  louant le roi d’Espagne,  et modifiant  totalement l’ opinion   qu’il avait eu sur le Roi.  C’ est juste l’un des épisodes passés sur Alphonse d’Aragon.

Il semble que c’ était un souverain bienveillant avec les Napolitains: une stratégie spécialement conçue à ne pas augmenter l’amour qu’ils avaient pour les Français.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , , , , , | Lascia un commento

La Sorcière du Vésuve

histoire orale, rapportée  à l’éruption de 1858

 

 

On dit que, après une éruption du Vésuve qui avait rempli de lave  le grand fossé, dans une nuit de Novembre un cri  déchirant  et inhumain  avait réveillé les habitants de  la région.

Le cri fut entendu même dans les nuits suivantes,  créant la terreur parmi la population. Les paysans eux-mêmes s’ armèrent  de fusils et de serpes et partirent à l’aube pour une patrouille à la recherche de l’origine du cri effrayant.

Ils battirent le terrain pied à pied, mais ils ne trouvèrent rien.  Personne ne pouvait donner une explication et tout le monde avait peur.

C’ est ainsi que, alors qu’ils se demandaient quoi faire, il y avait ceux qui suggérèrent qu’on contacte le «vieille  Mattavona”, une sorcière qui vivait sur les pentes du Vésuve.

Ceça dit, les agriculteurs  allèrent en procession chez la sorcière. La vieille femme se  rendit  sur la place et prononça quelques formules magiques incompréhensibles. Depuis lors, le cri a disparu et les agriculteurs  retournèrent à dormir la nuit.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , , | Lascia un commento

La naissance de Capri

Pompeo Sarnelli, Posilicheata

 

Vous verrez ci-dessous, la montagne de Somma, qui était autrefois appelé le Vésuve.

C’ était un gentilhomme de Naples, qui tomba en amour, malheureusement, d’une dame de la maison Capri qui, à cette époque, était  une maison de noblesse.

Et, parce que les parents ne voulurent pas  accepter leur amour, le plus ils s’ aimaient, le plus  ils voyaient déçues  leurs intentions.  En effet les  parents envoyèrent la dame  à loger   au Cap de Minerva.

Où, ne puovant pas  voir son amant, un jour qu’elle  passait pour une promenade dans un bateau, ella  sauta dans la mer, et  devint  une île, qui est encore appelé Capri.

Vésuve, ayant reçu les nouvelles, commenca à jeter des soupirs de feu, qui devinrent progressivement une montagne, qui est appelé Somma, et come il voit  toujours son bienamée,  même si c’ est une montagne, il  brûle d’amour et jette du feu: et quand il est enragé, il   secoue la ville de Naples qui se repent, vain de ne pas avoir lui donné ce qu’il voulait.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , | Lascia un commento

Vésuve

Les amants menteurs  – E. Cossovich

 

Combien d’aventures et en combien d’espèces différentes se produisent souvent sur Vésuve!

On raconte que deux Anglais, un monsier et une jeune fille,  s’accodèrent ensemble pour éterniser leur amour sur les sommets de notre montagne.

Devant le cratère fumant ils renouvelèrent leurs serments de constance et de fidélité, et en appelant  à  témoins  les éléments, ils promirent que l’un d’eux qui  aurait été trahi,  celui se serait précipité dans le cratère  rugissant.

Mais ce n’ était pas un an que la juste Mademoiselle donna sa main à un riche gentilhomme napolitain et l’amant trahi dans le désespoir se précipita … dans  les abimes des affaires commerciales et il épousa la fille d’un banquier, qui jurait  moins,  mais elle valait plus.

Vésuve volontairement donna sa victime, à partir de a nous pouvons soutenirsque l’homme (pris dans son sens le plus large) en Angleterre ou ailleurs est toujours le même.

Categorie: Français, Histoires et contes | Tag: , , , , , | Lascia un commento

Blog su WordPress.com.