Champs Phlégréens

Le territoire napolitain phlégréen se compose de sols de tuf jaune et gris, produits par un système volcanique qui donne à la surface ses caractéristiques géomorphologiques.

Il  y a de nombreux cratères  reconnaissables dans la région des Champs Phlégréens  – zone délimitée à l’est par le golfe de Naples et à l’ ouest  par Literno – parmi les plus importantes sont: le Golfe de Baie, le port de Misène, le cratère de Torregaveta, le cratère de Chiaia, Pozzo Vecchio et  la Tour Murata  à  Procida, et l’îlot de Vivara et le mont Epomeo à Ischia.

Caractéristique de la région est le phénomène du bradyséisme  phlégréen.

Avec le mot  bradyséisme  on désigne le soulèvement et l’abaissement du sol par rapport au niveau de la mer, en raison de la variation de la pression exercée par les sources de chaleur interne de la terre, sur la masse pyroclastique.  Ce phénomène depuis les temps anciens a alimenté de nombreux mythes liés à l’idée de vie après la mort.

Les eaux chaudes découlantes du sous-sol ont été à plusieurs reprises liées à Pyriphlegethon et Cocyte, les rivières du royaume des morts.

Lucrin a été identifié comme marais Acherontea.  Toujours à Lucrin on imaginait avaient étés enterrés les Giants après avoir été vaincus par les dieux de l’Olympe, et que dans leurs tentatives de se libérer, ils  secouaient la terre.

Un autre mythe aurait comme protagoniste l’île d’Ischia, dont les premiers habitants étaient les Cimmériens, qui  auraient vecu dans des  maisons souterraines sans jamais voir la lumière du jour.  Ceux-ci se seraient  soutenus  en extrayant  les métaux des grottes.

Sur ces mêmes terres auraient vecu les Lestrigoni, des êtres énormes et féroces qui auraient lancé des rochers contre les navires d’Ulysse.

Laissant de côté les éléments mythiques, les premiers établissements humains dans la zone phlégréenne sont très récents, puisque la documentation paléolithique et du mésolithique très probablement  a été détruite à la suite d’éruptions volcaniques, et du bradyséisme.

Les premiers enregistrements sont de l’âge néolithique et se composent de fragments de pointes de  flèches et des tessons  de poterie.

De l’âge du cuivre  on a  une plus grande quantité de preuves: à Naples, au quartier Materdei , après la découverte de deux tombeaux  furent découverts poignards de cuivre, tandis que dans l’île d’Ischia et dans l’îlot de Vivara ont été trouvés des fragments de poterie mycénienne.

De l’âge du fer, au contraire, il y a des traces en particulier dans le domaine de  Cuma, où ont été trouvées des traces d’un village indigène bâti sur le rocher qui donnait la possibilité de vérifier visuellement  ceux qui s’approchaient  au golfe de Naples.

PHLEGRAEAN FIELDS

Champs Phlégréens

volcanos of PHLEGRAEAN FIELDS

volcans des Champs Phlégréens

Annunci
Categorie: Archéologie, Français | Tag: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Lascia un commento

Navigazione articolo

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

Blog su WordPress.com.

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: