DES LA FIN DU ROYAME DES BOURBONS A’ L’UNIFICATION DE L’ITALIE

L’environnement intellectuel féminin napolitain à moitié du XIXème siècle a été caractérisée par la présence de Pauline de la Caraven Ferronays et Teresa Filangieri – la dernière descendante de la noblesse normande, étant la fille du général Charles Filangieri et épouse du duc de Roccapiedimonte .

Teresa Filangieri et Pauline Caraven destinèrent à la charité le gain des spectacles du théâtre, et elles s’engagèrent à recueillir les jeunes de la rue, en leur enseignant les rudiments de la littérature et l’écriture, en les éduquant dans leurs maisons comme domestiques et jardiniers de manière à leur assurer un avenir décent .

En 1861, Teresa Filangieri perdit sa fille Lina, plus tard elle fut nommée patron de “L’ Institut Strachan”, – un pensionnat pour les filles aveugles –

En 1873, à l’occasion du choléra on lui donna la tâche d’organiser les cuisines libres. En 1880, elle construit le premier hôpital pédiatrique / chirurgique en Italie, nommé d’après la fille morte .

En plus d’être le fondateur des œuvres laïques de la charité, T. Filangieri était aussi une écrivaine . Elle est décédé en 1909.

Une figure importante était le père François de Casoria, né en 1814, après son ordination, il se consacra aux malades, en suivant l’exemple de Matteo Ripa qui fonda le collège pour la formation du clergé chinois et oriental, qui après l’unification de l’ Italie est devenu “Collège Asiatique ” , et en 1888 “Institut oriental”, l’Université actuelle.

33319406

En 1854, il se consacra à la récupération des enfants africains vendus comme esclaves. Les enfants étaient amènés au monastère et envoyés à une éducation chrétienne. Dans cette initiative Père François de Casoria impliqua aussi Frédéric II, qui expropria le bâtiment à côté du couvent de manière à permettre son expansion.

Parmi ses autres fondations on rappelle «l’hospice Marino” dans la Rue Posillipo, “L’Institut pour les sourds-muets” et l’Ordre des Frères Gris et des religieuses Elisabettines.

ospizio filo marino

En 1871, le Père François de Casoria fut appelé à Assise pour la fondation de la ‘ Institut séraphique pour les aveugles et les sourds-muets, où il resta jusqu’ au 1881 en tant que directeur.

– L’ activité éducative à Naples pour les sourds-muets a commencé en 1788 avec une école par l’abbé Benedetto Cozzolino , et elle a été la première école publique reconnue en Italie.

– En Italie, l’éducation pour les sourds-muets est devenue obligatoire en 1923.

En 1885 , le Père François de Casoria mourut et fut enterré dans l’hospice Marin.

– En 1993, le Pape Jean-Paul II le proclama bienheureux .

Amie et disciple de l’abbé François de Casoria était Caterina Volpicelli qui dans à moitié du XIXème siècle fonda une congrégation religieuse qui ne contenait pas l’investiture canonique qui accueillait aussi les femmes encore mariées .

Caterina Volpicelli est né en 1839, a fait ses études dans les meilleures écoles de Naples, et elle était une élève de Léopold Rodino – école de Basil Puoti –

En 1855, elle connut Ludovico de Casoria, qui a tenté en vain de la mettre dans un certain ordre religieux. En 1864, suivant la tradition des célibataires, elle se consacra à “l’apostolat de la prière», pratique répandue en France. L’ œvre de Volpicelli attira de nouvelles adhésions et l’attention des Sœurs Oblates du Sacré-Cœur de Montluçon, qui estimèrent l’action de Volpicelli comme un Annex napolitain de l’œvre française. Pour cela s’opposa Siste Riario Sforza, archevêque de Naples, qui souligna la Napolitainité des œuvres de Caterina Volpicelli.

En 1872, elle fonda l’Institut des Servantes du Sacré-Cœur avec une nouvelle structure interne :

– Servantes – communauté centrale,

– Petites Servantes – elles pouvaient vivre en famille,

– Servantes ajoutées – qui partageaient la mission même si mariées.

Une congrégation sans habit religieux qui a obtenu le Decretum Laudis du Saint-Siège en 1890. En 2001, le Pape Jean-Paul II la proclama bienheureuse .

Ami de Ludovico de Casoria était Bartolo Longo, fondateur du sanctuaire de la vallée de Pompéi. Bartolo Longo est né en 1841 dans la province de Brindisi, et il s’installa à Naples pour terminer ses études de droit . Le fort anti-cléricalisme dans les universités fortement influença B. Longo. Mais après ses amitiés avec des catholiques fervents, il est retourné à une vie chrétienne engagée .

Grâce à sa connaissance avec Volpicelli, il connut Ludovico de Casoria et Marianna Fernararo – veuve du comte De Fusco qui avait de grands domaines dans la vallée de Pompéi .

Bartolo Longo s’ offrit d’être le précepteur des enfants de la comtesse et d’administrer les domaines, et après quelques années, ils se marièrent.

La vallée de Pompéi après le débordement du Sarno était dans des conditions insalubres. Bartolo Longo décida d’évangéliser les agriculteurs à travers la pratique du rosaire.

En 1875, Longo amèna à Naples une image de Notre-Dame du Rosaire, qui est devenue un lieu de pèlerinage en raison des effets miraculeux.

Sa renommée est devenue telle qu’il était nécessaire de construire un nouveau temple, la basilique actuelle à Pompéi.

santuariodipompei

Annunci
Categorie: Français, Histoire | Lascia un commento

Navigazione articolo

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

Blog su WordPress.com.

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: